Comment répondre aux insultes de votre enfant ?

ado qui crie

Avez-vous vu la vidéo sur le père américain qui tire sur l’ordinateur portable de sa fille ?

Au moment où je l’ai visionnée sur YouTube, elle comptait environ treize millions de vues. J’ai lu la description, et j’ai été surpris. Quel est le problème si un père se défoule sur Internet à propos de sa fille ? A-t-il dit quelque chose de profond ? A-t-il fait quelque chose d’inapproprié ? Eh bien… après avoir regardé la vidéo, j’en suis arrivé à ma conclusion quant à la raison pour laquelle la vidéo est devenue virale. Il a tiré environ sept à huit balles dans l’ordinateur portable de sa fille. Inutile d’écrire que la section des commentaires est principalement divisée en deux : ceux qui le soutiennent et ceux qui ne le soutiennent pas.

Voici mon point de vue sur ses actions, je suis d’accord avec tout ce qu’il a dit dans la vidéo. Cependant, je considère que son approche est inutilement contraignante et excessive avec les balles sur l’ordinateur portable. Lorsqu’il a lu la lettre de sa fille, mon opinion était qu’il était un bon père, qui, avec sa femme, offre un bon foyer et une bonne structure à sa fille. Après avoir regardé la vidéo, je suis arrivé à la conclusion qu’il est toujours un bon père qui, avec sa femme, fournit un bon foyer et une bonne structure à sa fille, et qu’il a des problèmes de colère.

Quoi qu’il en soit, cette vidéo m’a inspiré ce billet sur un processus en trois étapes que les parents peuvent mettre en pratique pour répondre aux insultes et au manque de respect de leurs adolescents.

Première étape : Donnez à votre adolescent un peu d’espace.

Une erreur commune à la plupart des parents est d’essayer d’arranger la mauvaise humeur de leur fils ou de leur fille. Si vous remarquez que votre adolescent est de mauvaise humeur, il est tout à fait normal de lui demander s’il va bien. Si vous obtenez en réponse un regard furieux, un sifflement ou un autre geste irrespectueux, ne réagissez pas. Votre adolescent doit apprendre à s’apaiser. En tant que thérapeute, je suis souvent confronté à des dynamiques parent-enfant où un parent essaie du mieux qu’il peut de calmer un adolescent mécontent. Puis, lorsque ce parent n’arrive à rien, il devient frustré et se met à confronter l’adolescent. Cela se transforme en un cycle habituel où l’adolescent répond par des remarques et des insultes plus grossières à l’égard du parent, et dans les cas où le parent a lui-même un problème de colère, l’adolescent reçoit une punition exagérée. À ce moment-là, le parent se lamente qu’il a fait tout ce qu’il pouvait et qu’il n’a plus de privilèges à retirer à l’adolescent.

Le problème ? Le parent continue d’essayer d’arranger la mauvaise humeur de l’adolescent, tandis que ce dernier répond par des jeux passifs et agressifs de rétorsion, ce qui lui vaut d’être encore plus puni par le parent.

Si votre adolescent se comporte avec une mauvaise attitude, tant qu’il ne casse rien ou ne tente pas de se blesser ou de blesser quelqu’un d’autre, laissez-le tranquille. Il faut lui accorder la dignité d’apprendre à gérer des sentiments difficiles.

Deuxième étape : Traitez les plaintes avec compassion.

Si votre adolescent vous adresse une série de plaintes, abordez-les une par une. Tout d’abord, il est important de noter qu’en tant qu’êtres humains, nous avons tous un besoin émotionnel inné d’appartenance. Les personnes qui déclarent se sentir écoutées disent également ressentir un sentiment d’appartenance. Accorder à votre adolescent un peu de votre temps précieux, juste pour l’écouter, même si vous considérez que la plainte ou la proposition est ridicule, lui démontre largement que vous l’appréciez en tant que membre de la famille et que vous l’appréciez dans votre vie.

Un adolescent qui se sent valorisé et qui a un véritable sentiment d’appartenance au foyer est généralement plus coopératif.

Troisième étape : Appliquez des conséquences naturelles et logiques aussi souvent que possible.

Supposons que vous ayez un adolescent de seize ans qui, pour une raison ou une autre, n’a pas trouvé de travail, malgré votre insistance. Les conséquences naturelles et logiques seraient que votre adolescent ne recevrait pas les petits luxes généralement considérés comme acquis. Comme une console de jeux vidéo, un ordinateur, un smartphone, de nouvelles baskets à la mode, etc.

Votre responsabilité en tant que parent, jusqu’à ce que votre adolescent devienne majeur, est de lui fournir le nécessaire : nourriture, eau, vêtements, abri et amour inconditionnel. Si votre adolescent choisit de communiquer et de vous considérer avec une attitude qui ne tient pas compte des conséquences naturelles et logiques, ou de se plaindre amèrement de vous sur Facebook, reportez-vous aux étapes 1 et 2.

Voilà, trois étapes faciles à comprendre sur la façon de répondre aux insultes et au manque de respect de votre adolescent. Il est vrai que les processus d’application sont une autre histoire, mais rappelez-vous : « l’erreur est humaine ». Si vous vous surprenez à ne pas suivre les étapes, pardonnez-vous et reprenez ces habitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.